PASCAL LAFFOURCADE

L’image des Vignobles Laffourcade est associée de longue date à l’appellation contrôlée Quarts de Chaume. En 1958, André Laffourcade fait l’acquisition de 19 des 43 hectares de ce nectar original produit depuis le moyen age sur les coteaux de Chaume. En 1970, son fils Pascal lui succède et met en place le projet ambitieux d’une exploitation élitiste réunissant les trois crus prestigieux de l’Anjou : Quarts de Chaume, Bonnezeaux et Savennières. La philosophie du vignoble consiste à rechercher en permanence l’excellence dans le respect du terroir et des données naturelles du millésime. Château de l’Echarderie : En plein cœur de l’appellation Quart de Chaume, cette ferme fortifiée veille, depuis le Moyen Age, sur les coteaux de schiste qui dominent le Layon. De l’époque ou le Seigneur de la Guerche recevait pour loyer le meilleur quarts de la récolte de Chaume, les murs de cette bâtisse font bonne garde. Comme s’ils étaient là pour protéger la tradition vinicole du lieu, et veiller à ce que le Chenin ou pineau de la Loire soit cultivé avec sagesse, vendangé avec patience et vinifié avec passion. Assez curieusement les exploitants successifs de ce domaine d’une dizaine d’hectares se sont toujours attachés à ne retenir des progrès de la viticulture et de l’œnologie que ceux qui conservaient au vin de chaume le caractère de ce terroir original. Peut être pour témoigner de cet attachement à la tradition, la présentation du contenant n’a pas varié depuis des lustres et la même étiquette sans fard annonce avec sobriété le classicisme tranquille du contenu. Si les méthodes de production respectent le passé elles ne sont pas pour autant synonymes d’ennui ou d’uniformité. Chaque millésime garde son caractère. Le vin pourra être selon le climat liquoreux et riche jusqu’à l’opulence, ou bien plus simplement tendre et moelleux, mais toujours soutenu par la structure bien charpentée qui caractérise ce terroir. Château Perray-Jouannet : située à 15 kilomètres au sud de la Loire, cette demeure était la résidence des évêques d’Angers à l’époque ou les eaux ferrugineuses de Chavagnes étaient prisées pour leur haute valeur thérapeutique. A présent, c’est aux vertus du vin que les lieux doivent leur renom. Remarquablement placé sur des coteaux de schistes, graves et, fait plus rare de quartz, exposé plein sud, ce terroir privilégié est tout naturellement destiné à accueillir la vigne. L’actuelle propriété est constituée de vingt hectares qui produisent des vins originaux et raffinés. Cépage traditionnel de la vallée de la Loire, le Chenin est installé sur les pentes de fesles et des hauts fleuris ou il produit des Bonnezeaux de grande lignée. Le reste de l’exploitation planté principalement en cabernet franc, consacré aux vins rouges donne des Anjou Villages réputés, mais aussi des rosés secs d’une grande finesse. Depuis toujours, le mode de production repose sur le principe de la viticulture raisonnée. Les terres sont labourées de façon classique ou enherbées en vue de réguler la production qui doit rester modérée afin d’obtenir des vins naturellement équilibrés. Les vendanges ne sont faites qu’à la main et les techniques de vinification ne retiennent des découvertes récentes que celles qui respectent l’authenticité du produit.

2 résultats affichés

CABERNET D’ANJOU

8.00 
10.67  /litre
Ajouter au panier

CÔTEAUX DU LAYON

14.40 
19.20  /litre
Ajouter au panier